Loris

Rêves réalisés

Char d'assaut, vêtements de camouflage et fusils jouets ‒ le jeune Loris, 15 ans, est tout à fait dans la fièvre de l'armée! En raison du syndrome de Down, il ne sera jamais enrôlé à l'école de recrues. Mais en collaboration avec l’Armée Suisse, nous avons pu rendre réalité son rêve de vivre une journée comme soldat.

Prendre le taxi? Trop ennuyant! Début mars, un impressionnant véhicule de combat d’infanterie s'est arrêté devant la maison de Loris, pour venir chercher l'adolescent et sa famille et les emmener dans une grande aventure. Tout d’abord, l'adjudant sous-officier Jvan Coldoni et les deux sergents Irsslinger et Knechtle ont remis à Loris tout ce dont il avait besoin pour cette journée à l'école de l’infanterie 11 à Herisau : un uniforme avec son nom, une insigne de fusiller et ses plaquettes d’identification avec ses renseignements personnels.

Loris et sa famille ont eu la chance de prendre place dans le char d'assaut pour se rendre au centre de formation Ramsen. C'est là que se trouvent les simulateurs de conduite et de tir pour la formation – et Loris a pu les essayer. Son enthousiasme s'est rapidement propagé jusqu’aux militaires, qui lui ont expliqué tous les détails importants, avec beaucoup de cœur, de patience et d’engagement. En raison de son handicap, Loris ne parle pas beaucoup ‒ mais même sans recours aux mots, sa joie était visible de loin.

Après l'éprouvant programme de formation, le repas du midi avec les troupes était plus que le bienvenu! Mais il n’y avait pas de temps pour une longue pause. Un véritable soldat doit bien sûr savoir comment démonter son arme et la remonter dans un délai raisonnable. Grâce aux explications des experts, Loris a également surmonté cet obstacle sans problème.

En fin de journée, Loris a dû se rapporter au poste de commandement. Sa prochaine tâche : contrôler les chambres et les blocs sanitaires. Mais pour cela, il aurait dû être promu sergent-major chef, ce qui s'accompagnait d’un changement d’insignes. En faisant ensuite la tournée des chambres, Loris s'est montré satisfait de la précision avec laquelle les couvertures étaient pliées sur les lits et les gamelles, bien en ordre.

Tout juste avant son retour à la maison, le grand moment de sa journée attendait encore Loris : il a été nommé capitaine! Probablement que personne n’a réussi, en une aussi brève carrière, à gravir la hiérarchie aussi rapidement que Loris... Enfin, avec un large sourire dans le visage, il a grimpé dans le véhicule militaire et s'est fait reconduire par l’adjudant Coldoni jusqu’à la maison. Quelle journée!

Une équipe de la télévision de la Suisse orientale TVO a suivi Loris pendant toute la réalisation de son Rêve, et même si on ne comprend pas le suisse allemand, il vaut vraiment la peine de voir la vidéo... Ces images parlent plus que n’importe quels mots!

Retour